VOTE | 348 fans

The Originals
#102 : A la reconquête du royaume

 

Diffusion US : 8 octobre 2013 sur The CW
Diffusion FR : 2 janvier 2015 sur NT1


UN FLASHBACK DANS LES ANNEES 1800 - Lorsque Rebekah arrive à la Nouvelle-Orléans sous l'insistance de son frère Elijah, elle rencontre Hayley, qui lui révèle une nouvelle inattendue. Inquiète quand au fait que son frère Klaus mijote quelque chose, Rebekah cherche l'aide réticente de Sophie. Frustrée, Hayley prend les choses en main, mais les choses prennent rapidement une tournure dangereuse. Déterminé à découvrir l'arme secrète de Marcel, Klaus garde une longueur d'avance et exécute son plan. Pendant ce temps, après une prise de bec avec Marcel, Rebekah se rappelle de toute la colère et la déception que Klaus lui a causée au fil des années. Enfin, Marcel demande l'aide de Davina dans son propre plan dangereux. 

Popularité


4.6 - 5 votes

Titre VO
House of the Rising Son

Titre VF
A la reconquête du royaume

Première diffusion
08.10.2013

Première diffusion en France
02.01.2015

Vidéos

Sneak Peek 1

Sneak Peek 1

  

Extrait #1

Extrait #1

  

Extrait #2

Extrait #2

  

Photos promo

Rebekah demandant à son frère Klaus de ne pas tuer Marcel

Rebekah demandant à son frère Klaus de ne pas tuer Marcel

Camille parlant avec Klaus

Camille parlant avec Klaus

Klaus Mikaelson (Joseph Morgan) et Camille O'Connell (Leah Pipes) parlent

Klaus Mikaelson (Joseph Morgan) et Camille O'Connell (Leah Pipes) parlent

Klaus Mikaelson, joué par Joseph Morgan, attendant contre un mur

Klaus Mikaelson, joué par Joseph Morgan, attendant contre un mur

Klaus Mikaelson (Joseph Morgan)

Klaus Mikaelson (Joseph Morgan)

Marcel Gerard, menacé par Klaus Mikaelson

Marcel Gerard, menacé par Klaus Mikaelson

Marcel parle avec Rebekah

Marcel parle avec Rebekah

Rebekah Mikaelson parlant avec Marcel Gerard

Rebekah Mikaelson parlant avec Marcel Gerard

Des vampires en train de se nourrir

Des vampires en train de se nourrir

Sophie Deveraux joué par Daniella Pineda, dans un bar

Sophie Deveraux joué par Daniella Pineda, dans un bar

Sophie Deveraux joué par Daniella Pineda

Sophie Deveraux joué par Daniella Pineda

Davina Claire, dans sa

Davina Claire, dans sa "chambre" en train de dessiner

Davina Claire, joué par Danielle Campbell, parlant avec Marcel

Davina Claire, joué par Danielle Campbell, parlant avec Marcel

Marcel Gerard (Charles Michael Davis) parlant avec Davina Claire (Danielle Campbell)

Marcel Gerard (Charles Michael Davis) parlant avec Davina Claire (Danielle Campbell)

Marcel Gerard, joué par Charles Michael Davis, parlant avec Klaus

Marcel Gerard, joué par Charles Michael Davis, parlant avec Klaus

Marcel Gerard (Charles Michael Davis) parlant avec Klaus (Joseph Morgan)

Marcel Gerard (Charles Michael Davis) parlant avec Klaus (Joseph Morgan)

Klaus Mikaelson, joué par Joseph Morgan, dans un bar en train de boire

Klaus Mikaelson, joué par Joseph Morgan, dans un bar en train de boire

Klaus Mikaelson, seul dans un bar en train de boire

Klaus Mikaelson, seul dans un bar en train de boire

Diffusions

Logo de la chaîne NT1

France (inédit)
Vendredi 02.01.2015 à 21:40
0.41m / 1.7% (Part)

Logo de la chaîne The CW

Etats-Unis (inédit)
Mardi 08.10.2013 à 20:00
1.92m / 0.9% (18-49)

Plus de détails

Ecrit par : Diane Ademu-John & Declan de Barra
Réalisé par : Brad Turner

Invités : 

  • Eka Darville ... Diego
  • Callard Harris ... Thierry
  • Steven Krueger ... Josh
  • Alexandra Metz ... Katie
  • Mccarrie Mccausland ... Marcel jeune
  • Alexandra Ficken ... Tina
  • John Redlinger ... Emil

Marcel, voix off : La ville de la Nouvelle-Orléans : des gens des quatre coins du pays viennent faire la fête et il y en a pour tous les goûts. Certains veulent juste s'amuser un peu, d'autres recherchent des sensations un peu plus fortes, plus sombres, plus dangereuses. Alor, nous les invitons chez moi et nous leurs en donnons pour leur argent. Plus tard dans la soirée, les douze coups de minuit annoncent l'heure du dîner.

 

[ L’ABATTOIR ]

(Les personnes invitées à la soirée se font mordre par les vampires pendant que Marcel et Klaus discutent)

Marcel : Voilà comment on maintient le moral des troupes. Avec un buffet à volonté de temps à autres. Les rôdeurs de nuits, ils adorent ça. Ils doivent bosser dur s’ils veulent obtenir une bague de jour comme celle-ci.

(Marcel montre sa bague à Klaus)

Marcel : Ils ont besoin de souffler. Et mes rôdeurs de jour, mes plus fidèles, ils sont justes là pour s'éclater.

(Klaus remarque un écusson sur le mûr)

Klaus : C'est une sacrée opération. Dis-moi, qu'est-ce que tu fais des victimes? Ça fait un paquet de tombes à creuser.

Marcel : On ne veut pas tous les tuer. Trop de gens disparaissaient, ça serait mauvais pour le tourisme, alors on les soigne avec un peu de sang de vampires, on efface leurs mémoires et ont les laissent repartir, ni vu, ni connu.

Klaus : Tu m'impressionnes.

Marcel : Tout ça, c'est toi qui me l'a apprit, il y a longtemps.

Thierry : Marcel.

(Un homme arrive)

Marcel : Qu'est-ce qu'il y a ?

Thierry : Six gars se sont fait tuer à l'extérieur du Vieux Carré. Des rôdeurs de nuit. Personne n'a rien vu.

(Au volant de sa décapotable rouge, Rebekah essuie les dernières traces de sang de son visage. Elle arrive en ville)

[ MAISON DES MIKAELSON ]

(Rekekah arrive à la maison du gouverneur. Elle sort de la voiture, le téléphone en main.)

Rebekah : Elijah, si ne pas décrocher ton téléphone fait parti de ton plan de génie pour m'attirer dans cette sinistre ville, j'te félicite. Le suis là et je suis morte d'inquiétude, alors réponds-moi avant que je vienne enfoncer ta porte.

(Rebekah passe la porte de la maison pendant que Hayley descend les escaliers)

Hayley : Vous êtes qui?

Rebekah : Oh, vous devez être la bonne. Mes bagages sont dans le coffre.

Hayley : Heu non, je ne suis pas la bonne.

Rebekah : Je vois, oui. Tu es le loup-garou femelle que mon frère Klaus à mise en cloque. Je m'attendais à voir un ventre spectaculaire de future maman. Faut croire qu'il est trop tôt. Hayley c'est ça ?

Hayley : Tu as les manières de ton frère.

Rebekah : Et j'ai son mauvais caractère, alors fais gaffe ! Où est Elijah?

Hayley : Ca fait un bail qu'il est parti ! J'en sais rien.

Rebekah : Un bail ? C'est-à-dire?

Hayley : Et bien, il me faisait des serments. Il me promettait de me protéger, malgré le manque de bon sens évident et l'abus d'alcool qui m'ont mis dans cette situation délicate. Il était très lyrique. Il parlait de la famille et ensuite Klaus a dit qu'il était parti. C'est ce qui arrive quand on fait confiance à un vampire.

Rebekah : Elijah est différent. Il n’est pas du genre à oublier ses promesses. J’imagine que Klaus lui a fait un plan foireux dont il a le secret. Klaus sort de là et dis-moi ce que tu as fais à notre frère, sale égoïste, perfide et manipulateur.

(Klaus sort de la pièce dans laquelle il se trouvait)

Klaus : Ca suffit ! Tu nous casse les oreilles. Ma petite sœur. J’aurais dû m’en douter : les six vampires qu’on a retrouvés morts, c’était toi, non ?

Rebekah : Ils étaient très grossiers. C’était inacceptable de s’en prendre à une innocente qui venait juste demander son chemin. C’était tes amis ? Je suis désolée. Ah non, c’est vrai. Tu n’en a aucun.

Klaus : Non, c’est faux ! J’en ai un. J’ai Marcel. Tu te souviens peut-être de lui ? Evidement que tu t’en souviens. Il se prend pour le roi du Vieux Carré. Il a édicté des règles concernant les meurtres de vampires. Ça sera marrant de voir quel châtiment il mettra en place pour toi.

Rebekah : Sache que je n’ai pas peur de lui, ni d’aucune de ses règles. Quand Elijah fait une promesse, il l’a tient. Où est-il ? dis-le moi !

Klaus : Peut-être qu’il est parti en vacances ou il est là-haut et il fait un petit somme pour l’hiver. Je t’en prie, fait comme chez toi. J’imagine que tu te souviens de cet endroit ?

Rebekah : Ma mémoire est intacte.

(Rebekah passe la porte)

 

(FLASHBACK - MAISON DU GOUVERNEUR - 1820)

(Rebekah entre dans une salle remplie de convive)

Rebekah, voix off : Je me souviens de ce gouverneur alcoolique, idiot qui couvrait nos crimes devant Pierre contre un peu d’or. Je me souviens des soirées fastidieuses qu’il organisait pour t’impressionner. Je me souviens que j’avais trouvé de l’affection auprès de son fils, Emil. Je me souviens que même Elijah était heureux.

(Elijah et son amante, Celetes sont à l'étage et s’embrassent. Klaus est également présent, qui lui, s'abreuve du sang de deux jeunes femmes)

Celeste : C’est un malade. Regarde ton frère.

Elijah : Tu es irrécupérable mon pauvre frère.

Rebekah : Nous ne vous dérangeons pas ?

Klaus : Si.

Elijah : Non.

Rebekah : Très cher Elijah, tu as toujours souhaité mon bonheur, et nous sommes très amoureux. Je peux en faire un vampire ?

(Rire de Klaus)

Elijah : Rebekah, le gouverneur à gracieusement accepté de taire nos extravagances… qui sont nombreuses. Je doute qu’il laisse son fils unique devenir un des nôtres.

Rebekah : Je t’en prie ! Pour moi.

Klaus : Certainement pas chère sœur. Si nous devions transformer tous les hommes qui goûtent à tes charmes, l’espèce humaine cesserait vite d’exister et nous n’aurions plus de quoi nous nourrir.

Emil : Surveillez votre langage ! Je vous le conseil…

(Klaus prend Emil par la gorge)

Elijah : Non, un instant !

Rebekah : Klaus.

(Klaus traîne Emil jusqu'à la rambarde des escaliers)

Elijah : Klaus.

(Klaus jette Emil par-dessus les escaliers. Emil meurt sur le coup)

Elijah : Non !

Rebekah : Nooooon !

Elijah : Rebekah.

(Klaus donne une tape sur l’épaule d’Elijah avant de partir)

 

(AUJOURD’HUI)

Klaus : Il n’était pas assez bien pour toi.

Rebekah : Tu as toujours veillé à ce que personnes ne puissent l’être. Où est Elijah ?

(Klaus se lève)

Rebekah : Où est-ce que tu vas ?

Klaus : La soirée ne fait que commencer et je vais aller boire un autre verre avec Marcel.

Rebekah : J’ai eu Elijah au téléphone et il m’a dit que tu projetais de t’approprier son empire, il ne m’a pas dit que tu comptais siroter des verres de whisky avec lui.

Klaus : Tu n’as que très peu d’amis je le sais bien, mais les amis, lorsqu’ils se retrouvent autour d’un verre, discutent, s’ils boivent un peu trop, ils racontent leurs secrets. Marcel à trouver le moyen de contrôler toutes les sorcières du Vieux Carré et j’aimerais savoir comment il fait et m’en inspirer. Chercher Elijah n’es pas sur ma liste des choses à faire

(Klaus quitte la maison)

Klaus : Ha au fait, soit la bienvenue petite sœur.

(Rebekah se retourne et voit Hayley)

Rebekah : Toi, le loup garou. Je vais fouiller la maison de fond en comble jusqu'à ce que je découvre ce que mon horrible frère a fait au frère que j’aime. Et tu vas m’aider.



[ MAISON DES MIKAELSON / SOUS-SOLS ]

(Elles descendent les escaliers)

Rebekah : Le gouverneur avait de nombreuses chambres secrètes. Je vais te montrer sa préférée.

Hayley : Klaus l’aurait tué, tu penses ?

Rebekah : Personne ne peux nous tuer, idiote. Cela dit, ça n’empêche pas Klaus de vouloir nous torturer. Il a un assortiment de dague d’argent. Plantée dans le cœur, elle nous plonge dans un sommeil profond. Ensuite, il adore nous ranger dans un de ses magnifiques petits cercueils jusqu'à ce qu’il retire la dague. J’imagine qu’Elijah est là-dedans. Hum celui-ci, c’est le mien.

Hayley : Il vous met dans un cercueil en stand-by ?

Klaus : Il veut que tout soit près pour le jour où sa famille finira inévitablement par le décevoir. Elijah n’est pas ici, il a dû le cacher autre part.

Hayley : J’ai la nausée.

Rebekah : Bienvenue dans la famille très chère. A ta place, j’aurais filé dès qu’Elijah a disparu.

Hayley : Eh bien, les sorcières ont lancées une espèce de malédiction sur moi : tans que je porte ce bébé je dois rester à la Nouvelles-Orléans, sinon elles me tueront.

Rebekah : Klaus à du préparer un cercueil et dès que tu auras pondu son héritier, il t’y expédiera. Je partirai dès que j’aurais trouvé Elijah, parce que rester planter des décennies dans un cercueil, ça craint, crois-moi. Débrouille toi pour annuler le sort et vas t-en !



[ CHEZ ROUSSEAU ]

(Sophie frotte une des tables du bar. La porte claque violement ce qui effraie Sophie)

Sophie : Y’a quelqu’un ? T’es sérieux Marcel ? T’essaye de me faire peur ? J’y suis pour rien si tes gars se sont fait attaquer hier soir.

(Sophie se dirige vers la cuisine et prend un couteau. Soudainement, Rebekah surgit et empêche Sophie de prendre le couteau)

Rebekah : Sophie Deveraux. Mon frère Elijah m’a parlé de toi. Tu me connais ?

Sophie : Ouais. J’te connais.

Rebekah : Alors j’ai deux mots à te dire.



[ CIMETIERE LAFAYETTE ]

(Rebekah et Sophie marchent dans le cimetière)

Rebekah : J’imagine, connaissant les habitudes de Klaus, qu’Elijah à une dague dans le cœur. C’est un objet magique. Tu es une sorcière, je voudrais que tu lances un sort pour localiser la dague et le retrouver.

Sophie : L’usage de la magie est interdit, on peut mourir pour ça. Les règles sont très strictes.

Rebekah : Sans blague. Et tu ne crois pas que je te tuerais si tu ne fais pas ce que je te dis.

Sophie : Ca m'étonnerait. On m'a unie à Hayley, alors si tu essayes de me tuer, tu l'as tuera, elle aussi.

Rebekah : Qui ça ? Hoo la future maman. Elijah a l'air de tenir à elle, tans mieux pour toi, sinon je t'aurais déjà brisé la nuque. Comment Marcel c'est débrouillé pour devenir si puissant ? C'était différent quand j'étais ici, il y a un siècle.

Sophie : Il a une combine pour détecter si quelqu'un fait de la magie dans le Vieux Carré, c'est le plus important.

Rebekah : C'est à moi de juger ce qui est important ou pas. Si vous n'avez plus le droit d'exercer la magie, j'ai un conseil. Faites vos valises !

Sophie : On pratique une magie ancestrale et ces dans ce cimetière que reposent les sorcières qui sont nos ancêtres. Loin d'elles, on n'a plus aucun pouvoir. Si on fuse, c'est notre héritage qu'on abandonne. C'est notre foyer, notre famille.

Rebekah : La famille c'est surtout galère. Regarde-moi ! Je me retrouve dans une ville qui m'a apportée que des malheurs. Je cherche mon frère qui ne pense qu'à protéger un bébé dont je n'en ai rien à faire.

Sophie : Désolée, j'ai du mal à le croire. Tu es là.

Rebekah : Oui, pour Elijah. A l'instant où je le retrouve, je repars d'ici. C’est lui qui à eu l'idée débile que ce bébé rendrait Klaus meilleur et là, il a disparu et c'est sûrement Klaus qui est responsable. Et toi, tu as été idiote pour croire qu'il le convaincrait de renverser Marcel quand tout le monde sait qu'ils sont très liés.

Sophie : Il a créé Marcel, d'après ce qu'on m'a dit.

Rebekah : C'est bien plus que ça. Il faut que tu comprennes qu'ils avaient une relation spéciale. Klaus l'aimait comme un fils.

(FLASHBACK)

Rebekah, Voix off : J'étais là le jour de leur rencontre. C'était les funérailles d'Emil, le fils unique du gouverneur. Du moins, c'est ce qu'on croyait. En réalité, il en avait eu un autre avec une de ses esclaves.

(Marcel se fait frapper dans le dos par un homme à cheval jusqu'à ce que Klaus le tue et s'approche de Marcel)

Klaus : Comment t'appelles-tu?

Marcel : J'ai pas de nom. Maman voulait attendre mes dix ans, au cas où la fièvre me tuerait, mais elle l'a tuée avant.

Klaus : Tu es un battant, et les battants doivent avoir un nom, pas vrai ? Que penses-tu de Marcellus?

Marcel : Marcellus?

Klaus : Ca vient de Mars, le Dieu de la guerre, et cela signifie «jeune guerrier»

(Klaus tend la main à Marcel et l'aide à se relever)

Elijah : Il reste un peu d'espoir après tout.

(AUJOURD’HUI)

Rebekah : Ce garçon lui rappelait son passé, il se remémorait souvent les fois où notre père le battait. Lui aussi n'était qu'un batard à ses yeux, ce n'était rein de plus qu'un horrible monstre. Voilà pourquoi ton plan est voué à l'échec. Tu as réuni deux âmes perdue, c'est tous ce que tu as réussi à faire. Sans Elijah pour les chaperonner qui sait ce qu'ils feront ?

(Rebekah part laissant Sophie seule dans le cimetière)


[UN BAR ]

(Marcel est assis à un bar se servant un verre avant que Klaus ne fasse son apparition dans le bar)

Klaus : Je dois dire que ça n'a rien à voire avec l'ambiance d’hier soir. Haaaaa. A la poursuite de la Bairmaid du Rousseau on dirait.

Marcel : Eh bien, c'est un projet en cours.

Klaus : Et tu es là à te languir, alors que tu devrais la dévorer pour ton déjeuner. Donc j'imagine qu'elle te plait.

Marcel : D'abord les affaires. Le légiste m'a téléphoné. Il a mon numéro si on retrouve des corps de touristes.

Klaus : Laisse-moi deviner, il a des touristes avec un M sur la main et du sang de vampires plein les veines ?

Marcel : Ca arrive. Parfois, ils se cuitent et tombent d'un balcon ou dans le Mississippi. Et aujourd'hui j'en ai deux à gérer.

(Camille plaisant à Marcel quitte le bar, mais est arrêtée par Klaus)

Klaus: Excusez-moi ! Qu'est ce que vous étudiez ?

Camille : Les psychopathologies.

Klaus : Les psychopathologies, dit donc. Vous pourriez m'aider ? J'ai un ami que je voudrais diagnostiquer. Le voilà. Il est un peu déprimé. Il pense à une fille sans arrêt. Il me dit que ces une Reine faite pour un Roi. Je pense qu'il devrait laisser tomber et passer à autre chose, qu'en dites-vous en tans que pro ?

Camille : Eh bien, si vous êtes sympathique, une opportunité se présentera peut-être.

Marcel, se levant : Et pourquoi pas ce soir ? Disons neuf heures ici. Je passerai vous chercher.

Camille : Je vais tâcher d'y réfléchir.

(Camille quitte le bar)

Marcel : Hum sauvage.

Klaus : Il faut croire que j'ai perdu le coup de main ou que tu as perdu le tien.


[ JARDIN GRIS ]

(Hayley se dirige vers un magasin qui est sur le point de fermer)

Hayley : Ho, hey, hey.

Katie : C'est fermé, désolé.

Hayley : Je cherche une herbe. J'en veux juste quelques grammes.

Katie : Quelle herbe?

Hayley: De la fleur d'aconit séchée.

Katie : De la tulipe bleue, c'est un poisson. Vous allez tuer un loup?

Hayley, se caressant le ventre : Juste un tout petit.

Katie : Une minute.

(La femme part chercher ce qu'a demandé Hayley)

Katie : Ajouter de l'herbe folle, quelques goutes dans un peu de thé. Ca devrait suffire.

Hayley : Tenez.

(Hayley lui tend de l'argent que la femme refuse)

Katie : Cette ville est cruelle avec les loups. Vous avez raison de le faire.

(Hayley part et quand elle fut assez loin, Katie prend son téléphone)

Katie : Hey, tu veux un bon point ? Dis à Marcel qu'il y a un loup-garou dans le Vieux-Carré.


[ UN PARING SOUS-TERRAIN ]

Klaus : Tu me fais visiter des coins sympas.

(Klaus et Marcel se dirige vers une camionnette de coroner. Lorsqu’ils arrivent, Thierry et Diego, ses plus proches amis, ouvrent la portière arrière du véhicule. A l’intérieur de celui-ci s’y trouve deux jeunes touristes, Joshua et Tina)

Tina : Qu'est ce qui se passe?

Marcel : Bienvenue à nos jeunes décédés. Je ne vais pas vous faire perdre votre temps. J'imagine que tu les as briefés.

Thierry : Pour être franc, il n'y a pas un grand potentiel avec eux.

Marcel : Je vois. Je viens de perdre six rôdeurs de nuits, donc il faut que je recrute. Je serais bref. La sensation que vous ressentez, c'est le besoin de vous nourrir, de boire du sang humain. Buvez-en, vous serez des vampires. Refusez, vous crèverez encore, sauf que ça sera pour de bon. Ici, dans ses housses mortuaires.

(Marcel recule en direction de Klaus)

Marcel : Qu'est ce que tu en penses ? La jolie idiote ? Ou son ami gay?

Klaus : A toi l'honneur.

Marcel : A moi l'honneur, ok. Le premier qui attrape cette pièce vivra pour l'éternité.

Joshua : Qu…oi?

Marcel : L'autre mourra.

Tina : Haa

Marcel : Partez !

Joshua : Quoi, non!

(La fille s'empare de la pièce posée près d'eu.)

Marcel : Haha ! Ben ça alors ! Sacrée coquine.

Joshua : J'hallucine que t'ai fait ça.

Tina : Ca va Josh ! Je n'avais pas le choix. Tu aurais fait exactement pareil si tu avais été moins lâche.

(Marcel brise le cou de la jeune femme)

Marcel, à Thierry : Laisse-la mourir au frais. Je n'aime pas beaucoup les gens qui trahissent leurs amis. Allez, on va se balader.

Klaus : Debout !

(Marcel part)


[ UN PARKING ]

(Un groupe de musicien font une parade musicale dans la rue. Au même moment, Marcel est au téléphone)

Marcel : D'accord. C'est noté.

(Klaus place Josh dans une voiture)

Marcel : Qu'est ce que tu sais d'autres?

(Rebekah est sur un balcon et observe la scène)


(Rebekah observe la scène de la hauteur. Elle se remémore, l’époque où elle faisait de l’escrime avec Marcel)

(FLASHBACK – 1820)

(Rebekah et Marcel pratique l'escrime pendant que Klaus fait l'arbitre)

Klaus : Attaque au fer. Vas-y, parage. ! Touché. Très positivement touché.

Marcel : Plus tard, je t'épouserais.

Rebekah : Je refuserais d'épouser un homme que je peux battre en duel.

(Rebekah et Marcel rigolent)

Rebekah : Une autre leçon ?


(Les années ont passées. Rebekah et Marcel pratiquent toujours l'escrime jusqu'à ce que Marcel plaque Rebekah contre mur. Mais au moment où ils commencent à s'embrasser, Klaus arrive)

(AUJOURD’HUI)

(Tandis que Rebekah se remémore le passé, elle ne fait pas attention à l’arrivée surprise de Marcel)

Marcel : Rebekah Mikaelson. Tu es venues me donner une nouvelle leçon ? La dernière fois que je t'ai vu, Royal Street brûlait, et avec tes frères, tu fuyais ton père loin d'ici.

Rebekah : Je te croyais mort.

Marcel : Tu aurais peut-être du vérifier. Qu'est ce que tu veux?

Rebekah : Elijah. Je pense que Klaus lui a fait du mal.

Marcel : Arrête toi là, tout de suite ! S’il y bien une chose que j’ai retenu à propos des Mikaelson, c'est qu'il ne faut jamais se mêler de leurs affaires. Ca porte malheur.

(FLASHBACK – 1820)

(Klaus et Marcel discutent)

Marcel : Il y a rien entre nous, je te le jure sur ma vie.


Klaus : Ta vie compte beaucoup pour moi. Accorde-moi le privilège de ton honnêteté, ou cela ne sera plus le cas.


Marcel : Elle me plait. Je crois que c'est réciproque. Je n'ai rien entreprit avec elle parce que j'attends que tu…


Klaus : Hors de question. J'aime ma sœur. Mais quand il s'agit de ses amours, elle joue de malchance. Les hommes se succèdent, mais il n'y a que moi qui reste. C'est ma famille.


Marcel : Tu as aussi dit que j'étais ta famille. Je t'ai supplié de faire de moi un vampire.


Klaus : Et je t'ai dit que je le ferai un jour, quand tu seras prêt. Si tu t'approches d'elle, alors ce jour n'arrivera jamais.

(AUJOURD’HUI)


Rebekah : Malgré toutes tes réussites, tu as encore peur de lui.


Marcel : Personne ne me fait peur.


Rebekah : Si je découvre que tu sais où est Elijah, Klaus sera le cadet de tes soucis. Je te tuerais moi-même.


Marcel : Je suis content qu'on ait pu discuter, mais je n'ai aucune infos pour toi. J'ai été ravi de te revoir. Bonne chance pour tes recherches.

(Marcel saute par-dessus le balcon et laisse Rebekah seule)

[ CHEZ ROUSSEAU ]

(Klaus boit un verre et Marcel le rejoint)

Klaus : Dit donc tu en fais une tête. Problème de cœur?

Marcel : Est-ce que tu sais que tu es un vrai con? Pourquoi tu m'as caché que Rebekah était là?

Klaus : Je trouvais ça plus amusant que tu le découvre tout seul.

Marcel : Il y a d'autres choses que je devrais savoir?

Klaus : Seulement qu'elle est devenue encore plus dingue qu'au siècle dernier.

Marcel : Ou peut-être que c'est elle qui à tué mes rôdeurs.

Marcel : Ca m'étonnerait, sauf si ton bar à Biker est fréquenté par des lycéens qui jouent au football, à mon avis ça n'a pas dû l'intéressée.

(Marcel reçois un coup de fil et décroche)

Marcel : Ouais ?


Thierry : J'ai une info. Un loup-garou à été vu à Bienville Parc.


Marcel : Embarque quelques rôdeurs, retrouve-le, puis rapporte-moi sa tête.

(Marcel raccroche)

Klaus : Eh bien voilà ce qui résout le mystère et tout ce pas à caisse autour des meurtres. Ma sœur est innocente.


Marcel : A propos d'elle, je n'ai aucune envie d'être mêlé à vos problèmes de famille. Tu es mon invité, surveille ta frangine.

(Marcel quitte le bar)

Klaus : Autant vider le Mississippi avec un seau.



[ PARC BIENVILLE ]

(Hayley ajoute quelques goutes de fleur d'Aconit dans son verre)

Hayley : Allez, courage. Quelques crampes d'estomac et cette comédie absurde sera de l'histoire ancienne.

(Hayley peut entendre des bruits avant qu'un homme fasse son apparition)

Homme : Ce n'était pas malin de traîner dans le Vieux Carré. Tu vas venir avec moi la Louve.

Hayley : J'en ai ras-le-bol de ces vampires qui viennent me donner des ordres.

(Elle lance le contenu de son verre sur le visage de l'homme, lui faisant face. Au même moment, alors qu’elle tente de s’échapper, deux autres hommes apparaissent, mais ils sont immédiatement tués par Rebekah qui fait irruption)

Rebekah : Dis donc, ce n'est pas comme ça qu’on parle à une femme enceinte. Je déteste les hommes mal élevés.

 


[ MAISON DES MIKAELSON ]

(Hayley, Rebekah et Klaus sont réunis)

Klaus : Voilà pourquoi je t'avais dit de ne jamais quitter la maison. Les loups-garous sont bannis du Vieux Carré. J'avais un plan et votre virée nocturne vient de le mettre en péril.

(Rebekah se rapproche de Klaus)

Klaus : Ne me touche pas ! Tu en a déjà assez fait, tu ne crois pas? Je te félicite d'avoir semé des cadavres jusqu'à la porte de ma maison.


Rebekah : Tu as de la chance que je les aie entendus se pavaner en parlant de tête de loup, sinon on serait dans la merde jusqu'au cou. Et ne viens pas me parler de ton plan. Tu as eu tout le temps du monde pour l'exécuter ton plan. Et personne ne t'a vu faire la moindre chose. Elijah avait passé un accord qui protégeait ton enfant et qui en plus était l'occasion pour toi de te soustraire à ta vie d'égoïste. Mais de toute évidence, tu te fous complètement de ton enfant ou d'Elijah parce que sinon tu aurais fais quelques chose.


Klaus : J'ai tout fait. J'ai tout tenté. Tu veux peut-être que je te fasse un compte-rendu ? Depuis que je suis arrivé, Marcel n'a aucune confiance en moi. Depuis le premier jour, il donne à ses vampires de la veine de venus qui, comme tu le sais très chère sœur, les protèges contre mes pouvoirs d'hypnose.

(FLASHBACK)

(Josh Et sa meilleure amie sont dans un bar)

Klaus, voix off : Il me fallait un espion.

Tina, à Joshua : Tu te souviens d'où on était?

Klaus, voix off : Quelqu'un que Marcel ne soupçonnerait jamais. Alors, j'ai profité d'une faille dans le système et pris les devants.

(Klaus neutralise les deux jeunes personnes)

(AUJOURD-HUI)

Klaus : Il venait d'en perdre six. Six vampires grâce à ta frénésie meurtrière. Il lui fallait des nouvelles recrues.

(FLASHBACK)

Marcel : D'accord.

Klaus, voix off : Alors, je me suis approprié le nouveau, avant qu'on lui donne de la veine de vénus.

(Klaus jette un œil à Marcel avant de parler avec Josh)

Klaus : Et si ont discutaient tous les deux, des choses que tu pourrais faire pour moi.

(AUJOURD’HUI)

Klaus : Mais pour toucher un homme définitivement, il faut toucher son cœur. Alors…

(FLASHBACK)

(Camille entre dans le bar où se trouve Klaus avant qu'il ne lui parle)

Klaus : Alors, que penses-tu de mon pote? Il est sympa, qu'est ce que tu en dis??

Camille : Non. Il charmant, sexy, sûr de lui, extrêmement attirant, mais il ne faut pas se leurrer. C'est un mauvais garçon, et toi aussi. Et pour l'instant, je cherche quelqu'un de bien, qui ne soit surtout…

Klaus : Ni abimé par la vie, ni ravagé par les démons insatiable qui ne le lâcheront jamais.

Camille : Euh… les hommes ravagés, ils sont dangereux. En tout cas, pour moi.

(Camille se dirige vers une autre table quand Klaus lui prend la main)

Klaus : Je suis d'accord avec toi, je te jure. Cela dit, laisse-lui sa chance, ensuite tu me diras où il va et qui il voit.

(AUJOURD’HUI)

Klaus : Et celui-là, je vais le purger entièrement, qu’il n’ait plu de veine de vénus dans le sang, et puis je l'hypnotiserai pour qu'il pense que ses potes ont trouvé Dieux et qu'ils sont partis chez les mormons. Et ensuite, il ira expliquer à son patron pourquoi trois autres vampires ont disparus ce soir.

(Klaus tire une des victimes avant de rentrer dans sa maison suivit de Hayley et Rebekah)

Klaus : Est-ce que l'une d'entre vous à des questions?

(Les deux femmes ne répondent pas)

Klaus : Non ? Parfait. Parce que moi j'en ai une. Hayley. Tu peux me dire ce que tu faisais dans le Vieux Carré, s'il-te-plaît?

(Hayley ne répond pas à sa question et s'énerve)

Klaus : Tu vas répondre !

Rebekah : Fiche lui la paix !

Hayley : Je suis allée acheté du poison pour épargner à ton bébé une vie misérable.

(Sous le coup de la colère, Klaus attrape Hayley par la gorge avant de la plaquée contre le mûr)

Rebekah : Klaus!

(Klaus ne lâche pas Hayley)

Rebekah : Arrête !

(Klaus ne la lâche toujours pas, alors Rebekah réagi et plaque Klaus sur l'autre mur)

Rebekah : Arrête ! Laisse-la tranquille ! Tu es malade ? Enfin, elle est enceinte. Toute cette comédie comme quoi tu ne veux pas d'enfant et à la seconde où elle te dit qu'elle a voulu s'en séparer. Tu as le droit d'y tenir. Tu as le droit de vouloir quelque chose. C'est tout ce qu'Elijah voulait te faire comprendre, tous ce qu'il souhaitait pour toi. On n'a jamais rien voulu d'autre.

(Klaus et Rebekah vont s'asseoir sur une marche des escaliers)

Klaus : J'ai livré Elijah à Marcel.

Rebekah : Quoi ?

Klaus : Il était assez tendu. Il a mal vécu le retour d'un originel, alors deux t'imagine. Sa clique était très agitée. Ils voulaient qu'Elijah dégage, alors je lui ai proposé une offre.

Rebekah : Tu as accepté de lui livré notre frère?

Klaus : J'ai un plan. D'abord gagné sa confiance, ensuite démantelé son empire, honoré le vœu d'Elijah en laissant ce bébé venir au monde et j'essaye d'exécuter ce plan de la seule façon que je connaisse. Alors, si ça te dérange, tu n'as qu’à t'en aller. Je ne te retiens pas.

(Klaus se lève te part)



(Rebekah est assise dans une des chaises devant la maison avant d'être rejointe par Hayley)

Hayley : Je sais qu'on se connaît à peine, mais merci. Ça m'a touchée ce que tu viens de faire.

Rebekah : Les filles doivent se serrer les coudes entre elles.

Hayley : Je ne vous comprends pas tous les deux. Tu dis que tu le déteste, mais vu la façon dont tu comportes avec lui, c'est clair que, même quand il t'insupporte, tu l'aimes.

Rebekah : Je crois qu’après des siècles auprès de lui, décider de l'abandonner reviendrait à me perdre aussi. Mais par moment, la haine, elle est tellement forte. Emil n'est pas le seul de mes prétendants que Klaus ait tué. Il à récidivé encore et encore dès qu'un homme s'approchait d'un peu trop près. Sans exception, il les a tués, jusqu'à ce que l'amour ne soit qu'un souvenir. Il disait vouloir me protéger de mes propres erreurs. Pour lui, aucun n'était digne de sa petite sœur, jusqu'à ce qu'un jour un homme le soit.

(FLASHBACK)

(Rebekah est assise sur une chaise jusqu'à ce qu'arrive Marcel)

Rebekah : Alors cette baignade?

Marcel : L'eau était fraîche, délicieuse.

(Rebekah se lève)

Rebekah : Il faut que j'aille….

(Rebekah se retourne et manque de l’embrasser, jusqu'à ce que Marcel retourne Rebekah contre lui la plaque contre le mur avant de l'embrasser, mais la jeune femme tente de le faire reculer)

Rebekah : Mon frère va te tuer.


Marcel : Je mourrais bien heureux.

(Ils continuent de s'embrasser jusqu'à ce que Klaus arrive et plaque Marcel contre le mur tout en le tenant en joug avec une épée)

Klaus : Mes avertissements ont été vains !

Rebekah : Klaus, je t'en prie, arrête ! Il est différent des autres. Tu l'as su dès le premier jour où tu l'as rencontré. Tu l'as sauvé et tu le protège depuis. Tu as été un père pour lui, tu ne peux pas le tuer.

(Rebekah baisse la main de Klaus dans laquelle il tient l'épée)

Klaus : Tu as raison, ce serait une erreur.

(Klaus poignarde Rebekah dans la poitrine)

Rebekah : Mais toi, chère sœur, il faut que tu comprennes qu'il y a certaines choses qui sont à moi.

(AUJOURD’HUI)

Hayley : Si tu sais que Marcel détiens Elijah, pourquoi tu ne vas pas le chercher toi-même?

Rebekah : Parce que, si j'énerve mon frère, il m'enverra dans le cercueil qui m'attend en bas.

(Hayley s'abaisse et prend deux couteaux)

Rebekah : C'est pas vrai !

Hayley : Je les ai trouvés sous ton cercueil. Donc voilà, si cette paire de couteau à viande était la seule chose qui t'empêchais de ramener Elijah à la maison, alors je t'en prie, fonce.

(Hayley tend les deux couteaux à Rebekah qui les lui prend avant de lui sourire)

[ CHEZ ROUSSEAU ]

(Marcel est en compagnie de Camille et prend à boire)

Marcel : J'ai dit aux autres qu'ils pouvaient rentrer. Je suis ton humble serviteur.

Camille : Ha, d'accord. Je t'accorde des points pour la courtoisie.

Marcel : Et t'as encore rien vu. Qu'est ce qui t'a décidé?

Camille : Tout le monde mérite une chance.

(Rebekah passe les portes du restaurant, d'une violence sans nom)

Rebekah : Tu as mentis ! Où est mon frère?

Marcel : Bonsoir à toi aussi, Camille, Rebekah. Rebekah, Camille.

Rebekah : Tu as toujours eu un faible pour les blondes.


Camille : Hé !

(Rebekah empoigne Marcel par le col de sa chemise avant de le coller contre le mur)

Rebekah : Dis-moi où est Elijah!

Camille : Mais qu'est ce qui vous prend??

Rebekah : Dis-moi où est mon frère sinon je te tue.

(FLASHBACK)

(Rebekah et Marcel s'embrassent)

(AUJOURD’HUI)

Marcel : Non, ça m'étonnerais !

Rebekah : Tu as peut-être raison. Mais elle, je n'hésiterai pas à la tuer.

Marcel : Relâche là, tu as gagné ! On va aller voir Elijah.

Camille : Mais vous êtes dingue ! C'est quoi votre problème ?

Marcel : Chuuut, ça va aller. Rentre et oublie ce que tu as vu et je te revaudrais ça, je te le promets. (A Rebekah) Tu veux voir ton frère, d'accord, suis-moi.

 

[ EGLISE SAINTE-ANNE ]


(Rebekah et Marcel arrivent dans une pièce où on trouve un cercueil)

Rebekah : Invite-moi à rentrer.

Marcel : Il faut demander à la maitresse de maison, Davina. Viens-là, ma belle. Invite-là à entrer.

Davina : Je t'en prie.

(Rebekah se dirige vers le cercueil, l'ouvre et commence à enlever le couteau)

Davina : Je te le déconseille.

Rebekah : Tu es qui toi?

Davina : Davina. J'ai l'impression qu'elle est vieille.

Marcel : Ouais, Rebekah est une Originelle, ce qui veut dire qu'elle est immortel.

Davina : Elle n'a pas l'air très gentille.


Marcel : Elle peut l'être mais elle n'a pas été très gentille avec moi, ce soir.

Davina : Il est temps pour toi de partir, dans ce cas.

(Davina, grâce à sa magie arrive à mettre Rebekah dehors)

(FLASHBACK)



[ L’ABATTOIR ]

(Rebekah se réveille suite au coup de dague porté par Klaus)

Klaus : Ce n'est pas trop tôt. J'en avais plus qu'assez d'attendre. Mais je voulais tant voir la tête que tu ferais, et je dois reconnaître que le spectacle est unique.

Rebekah : Espèce de chien ! Quels jours sommes-nous?

Klaus : Dimanche.

Rebekah : J'ai passé sept jours dans ce lit? Marcel il n'a rien j'espère?

Klaus : C'est l'an de grâce 1887, tu y as passé 52 années.

Rebekah : Quoi?

Klaus : Et ne t'inquiète pas pour Marcel.Je lui ai proposé une alternative. Soit il choisissait de retirer la dague et il vivait le reste de sa vie humaine à tes côtés, soit…

Rebekah : Non.

Klaus : … Soit j'en faisais un vampire tel qu'il en a toujours exprimé le désir, si en échange il renonçait à t'aimer.

Rebekah : Non, jamais il n'aurait accepté.

Klaus : Ho et pourtant, si.

(Marcel entre dans la chambre)

(AUJOURD’HUI)

(Rebekah se réveille près de Marcel)

Marcel : Content de te revoir. T'es restée KO longtemps.

Rebekah : Je suis où? Qu'est ce que je fais là?

Marcel : Tu as contrariée Davina. C'est bien que j'aie eu l'occasion de te la présenter. Au moins, tu sais à qui tu as à faire.

Rebekah : C'est mon ancienne chambre.

Marcel : C'est la mienne aujourd'hui, tout comme cette ville est à moi. Davina est à moi et Elijah est à moi et il en sera ainsi jusqu'à ce que je me lasse. Tout ce qui, autrefois vous appartenait, est à moi.

(Marcel se dirige vers la sortie mais s'arrête devant la porte)

Marcel : Et ne lève plus jamais la main sur Camille, c'est clair ?

(Marcel part et ferme la porte)



[ MAISON DES MIKAELSON ]

(Klaus entre dans la chambre de Hayley. Cette dernière dort toujours. Il aperçoit le flacon de poison et le sent)

Hayley : Je ne l'ai pas utilisé.

Klaus : Tu ne dors pas ?

Hayley : J'ai eu du mal à dormir cette nuit. Il fait une chaleur à crever dans cette maison.

Klaus : Pourquoi tu ne l'as pas bu? Tu aurais pu t'en aller loin de toutes ces histoires, loin de moi.

Hayley : En fait, quand je repoussais ces vampires, j'ai réalisé que ce n'était pas que moi que je voulais protéger. C'est peut-être relié au fait que mes parents biologiques m'ont abandonnées et que mes parents adoptifs m'ont foutus à la porte. La situation était extrême, et je me suis rendue compte que je le protégerais toujours, envers et contre tous.

Klaus : J'ai l'impression qu'on n'est pas très différents tous les deux. On est des proscrits. On a appris à se battre contre nos pouces dans nos retranchements.

Hayley : Là, on peut dire qu'on est acculé.

Klaus : AAH de toute évidence, le moment est venu de riposter, petite louve.

(Klaus se dirige vers la sortir, une fois arrivé devant la porte il est stoppé par Hayley)

Hayley : Toute cette histoire avec Marcel, l'accord que tu as conclu avec les sorcières, ta promesse de le renverser et prendre tous ce qu'il lui appartient. D'après ta sœur, tu le considérais comme un membre de ta famille. Que s'est t-il passe ?

Klaus : Sans moi, Marcel n'aurait rien de tout ça. Je l'ai traité comme un fils. Quand mon père nous a chassé, moi et ma famille, de la Nouvelle-Orléans il y a un siècle, nous avons pensé qu'il avait été tué. Nous avons tous pleuré sa mort, à notre manière. Quand je suis revenu, j'ai découvert qu'il avait survécu et aussi prospéré. Au lieu d'aller à notre recherche, au lieu de rester solidaire de nous, de ne faire qu'un, il a pris la discision de tout rafler. Ma famille avait des biens qu'il a pillés sans relâche. Maintenant, il vit chez nous. C'est dans nos chambres qu'il passe ses nuits et ce M qu'il tamponne sur tout ce qu'il trouve, ce n'est pas celui de Marcel c'est celui de Mikaelson. Je veux tout récupérer et si il faut l'éliminer pour y arriver, je n'hésiterai pas une seconde. Je vais demander à quelqu'un de régler la clim.



(Klaus quitte la chambre et descend les escaliers et croise Rebekah qui vient de rentrer)

Rebekah : Tu avais raison. Camille, la fille, c'est la clé. Elle plaît à Marcel, et grâce à ça j'ai eu l'occasion de voir l'arme secrète que tu le soupçonnais d'avoir.

Klaus : Je t'écoute. Trêve de cérémonie. Qu'est-ce que sait?

Rebekah : La question, ce n'est pas «qu'est-ce que c’est », mais qui c’est ? C'est une fille. Davina. Elle ne doit pas avoir plus de seize ans et je n'avais jamais vu de pouvoir aussi fort.

Klaus : Une sorcière.

Rebekah : C'est aussi plus qu'une simple sorcière. Je n'avais jamais vu ça. C'était plus intense, plus fort que tout, et part ta faute, elle détient Elijah. Elle pourrait lui faire du mal.

Klaus : Où est-elle?

Rebekah : La salle petite fouine. Je n'en ai aucune idée.

Klaus : Qu'est ce qu'il y a?

Rebekah : Elle a effacée de ma mémoire l'endroit où elle se trouve. Marcel possède une arme mille fois plus puissante qu'un originel et tu lui as offert notre frère sur un plateau. Tu crois qu'Elijah te pardonnera encore une fois ? tu crois qu'il va espérer ta rédemption encore longtemps ?

Klaus : Je devais faire quelque chose. Marcel à volé notre Royaume.

Rebekah : Et notre Royaume ne vaut rien sans notre famille. Je vais retrouver Elijah quoi qu'il en coûte. Est-ce que tu vas m'aider?

Klaus : Je ferais le nécessaire.



[ EGLISE SAINTE-ANNE ]

(Marcel se rend chez Davina, qui est en train de dessiner)

Marcel : Désolé pour ces désagréments.

Davina : Elle ne me fait pas peur. Pas plus que les autres.

Marcel : Ça, je n'en doutais pas. Mais on dirait qu'ils ont la ferle intention de récidiver.

Davina : Ils n'ont rien à faire ici.

Marcel : Je ne pense pas qu'ils voient la chose de la même façon. C'est pour ça que j'aurais un service à te demander. J'aimerais que tu trouve le moyen de tuer les originels.

 

Ecrit par hawai19

Klaus: (voiceover) My siblings and I are the first vampires in all of history, the original family. centuries ago, we helped build a town called New Orleans. Now a plot by witches has lured me back, hoping that I will defeat a tyrant, a vampire I created. My brother hopes I will find redemption through the power of family, a miracle child, part werewolf, part vampire, a hybrid. My sister is doubtful. She thinks I am beyond redemption. Despite my brother's best efforts, I have a plan of my own. I will take back my home and reclaim what was mine. I will be King.

 

[Marcel’s home]

 

Marcel: (voiceover) The city of New Orleans... people of all stripes and flavors from all over the country come here to party on our streets. Some are just looking for fun... some are looking for something a little darker, more dangerous. So, we invite them into my home and we give it to them. (Diego, one of Marcel's vampires, shows a flyer to two tourists, a man and a woman. The flyer is headed by a large, monogrammed 'M', beneath which reads: ABATTOIR WHERE THE PARTY NEVER ENDS They enter the party and get their hands stamped with the same 'M' monogram as the flyer.) Marcel: (voiceover) Then, at the stroke of midnight, everything changes, and it's time to feed. (Marcel leads Klaus around a balcony overlooking the party. They watch as Marcel's vampires feed ravenously on the humans, who scream in terror.)

Marcel: This is how I keep my guys happy: the occasional, all-you-can-eat buffet. My night-walkers love it. I've got 'em working hard, trying to earn one of these daylight rings. They deserve to blow off a little steam. My day-walkers, the trusted few – they just like the party.

(Klaus notices a crest of some sort engraved on the stone wall below: it includes the 'M' monogram, as well as a coiled serpent. He does not comment on it.)

Klaus: It's quite an operation. Tell me – what about the victims? Seems like a lot of graves to dig.

Marcel: Can't kill 'em all. Too many folks go missing, tourism drops. So, we heal them with a little vamp blood, erase their memory, send them on their way – no muss, no fuss.

Klaus: I'm impressed.

Marcel: Nothing I didn't learn from you back in the day.

(Thierry, one of Marcel's vampires, approaches the two.)

Thierry: Marcel.

Marcel: 'Sup, Thierry?

Thierry: Six of our guys were killed in a bar outside of the Quarter. Night-walkers. No one saw who.

(While Marcel receives this news, Klaus looks away. Cut to Rebekah driving her red convertible; she checks herself in the rearview mirror, wipes a drop of blood off her cheek, smiles and keeps driving.)

 

(TITLE CARD AND OPENING CREDITS)

 

[Mikaelson Mansion]

 

(Rebekah parks in front of the Mikaelson mansion, leaving a message on her phone as she gets out. Hayley, inside, hears something and walks warily down the stairs.)

Rebekah: Elijah, if not answering your phone is part of your clever plan to get me back to this godforsaken city, then well done. I'm here, and I'm worried. Now pick up before I kick in your bloody door.

(Rebekah walks up the front steps and opens the door. She walks in as Hayley comes down the stairs, wielding a fire iron.)

Hayley: Who the hell are you?

Rebekah: Oh, you must be the maid. My bags are in the car – get them, will you?

(Hayley, smiling wryly, puts down the iron poker.)

Hayley: Hello. Not the maid. Rebekah: Right. You're that werewolf girl my brother, Klaus, knocked up. I was expecting to see some kind of supernatural, miracle baby bump. Guess you're not showing yet. It's Hayley, isn't it?

Hayley: You have your brother's manners.

Rebekah: And his temper, too, so watch it. Where's Elijah?

Hayley: Beats me. He's long gone.

Rebekah: What do you mean, "long gone"?

Hayley: Well, one minute he was here making epic promises about protecting me in this predicament that a bottle of scotch and some bad decisions got me into – he was all poetic about how we're family – and then Klaus told me he bailed. Guess that's what I get for trusting a vampire.

Rebekah: Elijah is not just any vampire, and he doesn't break promises. Which means Niklaus has done something dastardly and Klaus-like. Klaus! Get out here and tell me what you've done with our brother, you narcissistic, back-stabbing w*nk*r!

 

(Klaus opens a pair of doors and enters the room.)

Klaus: Enough with all the shouting. Little sister, I should have known. I assume the six dead vampires were your doing?

Rebekah: They were very rude.

(The shots alternate between Rebekah calmly explaining what happened, and flashbacks to her at a bar, impaling vampires violently with a pool stick.)

Rebekah: Trying to victimize a poor, innocent girl just trying to find her way to the Quarter. So sorry, were they friends of yours? Oh, that's right, you don't have any friends.

Klaus: I do have friends. I have Marcel. You remember him, don't you? Yes, of course you do. He fancies himself the 'King of the Quarter' now, and he has these rules about killing vampires. It'll be fun to see what sort of punishment he comes up with for you.

Rebekah: I don't care about Marcel or his rules. Elijah doesn't welch on deals. What did you do to him?

Klaus: Perhaps he's on holiday... or taking a long autumn nap upstairs. Well, go on. Take a look around. You remember this house as well as I.

(Rebekah, who had gotten up to leave the room, turns back to Klaus.)

Rebekah: I remember everything.

 

[FLASHBACK – NEW ORLEANS, 1820]

 

(Rebekah walks through a doorway into a room filled with people dressed in their finery for some sort of party. They nod at Rebekah as she passes.)

 

Rebekah: (voiceover) I remember how the drunken fool of a governor hid away all of our vampire sins in exchange for gold. I remember the lavish parties the governor threw, as if to impress you.

(Rebekah watches Klaus as she leaves the room with two ladies. She then turns her attention to a young man, whom she kisses chastely.)

Rebekah: (voiceover) I remember finding a moment of affection with the governor's son, Emil. And I remember that even Elijah was happy.

(Upstairs, Elijah kisses a Creole woman while further down the hall Klaus finishes off the ladies he had left with earlier.)

Celeste: Your brother. He's gone too far.

Elijah: Niklaus, there is no hope for you, is there? (Rebekah joins them, Emil in tow.) Rebekah: Are we interrupting?

Klaus: Yes.

Elijah: No.

Rebekah: Dearest Elijah. You've only ever wished happiness for me. Emil and I are in love. Please, let me turn him.

(Klaus chuckles.)

Elijah: Rebekah, the governor has graciously agreed to hide a lot of our... indiscretions. It would not do to turn his son into one of us.

Rebekah: Please. For me.

Klaus: It's not going to happen, Sister. If we turned every man you dropped your knickers for, then human beings would cease to exist and we'd have no bloody food.

Emil: How dare you, sir! You would do well to treat –

 

(Klaus grabs Emil by the neck and forcibly walks him down the hallway.)

Elijah: Brother-

Rebekah: Niklaus!

Elijah: Niklaus, wait!

Rebekah: NO!

(Klaus ignores them and throws Emil off the balcony, whence he falls several storeys and apparently dies instantly. Elijah holds a sobbing Rebekah while Klaus walks off.)

 

[NEW ORLEANS – PRESENT DAY]

 

Klaus: Well, he wasn't good enough for you.

Rebekah: No one was ever good enough for me, Nik, you made sure of that. Now where is Elijah?

(Klaus' phone starts buzzing. He checks it, stands and moves to leave.)

Rebekah: Where are you going?

Klaus: It appears the night is not quite over, yet. I'm off for another drink with Marcel.

Rebekah: Elijah told me about your plan to take apart Marcel's empire piece by piece. I don't remember it involving you two drinking New Orleans dry together.

Klaus: I know you don't have many friends, Rebekah, but what some friends do when they get together is they drink. And when they drink, they tell secrets. Marcel has somehow found a way to control the entirety of witches in the Quarter, and I aim to uncover the 'how' so I might take it for myself. Finding Elijah didn't make my to-do list today.

(Klaus turns and walks to the door, but pauses before he leaves.)

Klaus: Oh, and welcome home, little sister.

(The door shuts behind him and Rebekah turns on the spot, contemplating what he's said. She sees Hayley sitting on a landing above.)

Rebekah: You, wolf girl. I'm going to search this house inch by inch until I find what my evil brother has done to my good one. You're helping.

 

(The girls walk down a spiral staircase.)

Rebekah: The governor had lots of secret rooms. I'll show you his favorite.

(They arrive in a dusty, cobwebbed cellar room. Hayley spies the coffins that Klaus keeps his siblings daggered in.)

Hayley: You think Klaus killed him.

Rebekah: We can't be killed, silly girl. That doesn't stop Klaus from finding ways to torture us. He has a set of mystical silver daggers. One in the heart sends us into a deep slumber. Klaus gets his jollies from keeping us in a box, until he decides to pull the dagger out. That must be what he's done to Elijah. This one's mine.

Hayley: (incredulously) He keeps your coffin on standby.

Rebekah: He likes to be prepared for when his family members inevitably disappoint him. Elijah's isn't here – he must've stashed him elsewhere.

Hayley: I feel sick.

Rebekah: Welcome to the family, love. You should've run the second you realized Elijah was gone.

Hayley: Yeah, well, the witches have put some sort of hex on me. As long as I'm carrying this baby, I can't leave New Orleans. If I do, they kill me.

Rebekah: Well, knowing Klaus, he's planning a box for you the second you give birth to whatever's cooking in your tum. I'm leaving as soon as I find Elijah. Being daggered in a box for decades sucks, trust me. You'd best find a way to break that hex and run.

(Rebekah goes off to continue her search, leaving Hayley to consider what she's said.)

 

[THE FRENCH QUARTER – ROUSSEAU'S]

 

(Sophie is scrubbing a table inside the restaurant when the door shuts suddenly and she hears the whoosh of a vampire running unseen. She walks cautiously, listening for further sounds.)

 

Sophie: Hello? Seriously, Marcel? Trying to scare me? I had nothing to do with the attack on your guys last night!

(Some hanging pots start moving behind Sophie, as though a wind has passed through them, and she turns around. She walks toward them slowly, then grabs a knife, which she lifts in time for Rebekah to appear and grab her raised, knife-wielding arm.)

Rebekah: Sophie Deveraux. My brother, Elijah, told me about you. Know who I am? Sophie: Yeah, I know.

Rebekah: Then you know we need to talk.

 

[THE CEMETERY]

 

(Rebekah and Sophie talk while walking among the burial vaults of the cemetery.)

Rebekah: So, if I had to guess, knowing Klaus's history, Elijah has a dagger in his chest. It's a magical object, you're a witch. Do a locator spell, locate the dagger, locate Elijah.

Sophie: I can't use magic. It's punishable by death – Marcel's rules.

Rebekah: Marcel? What do you think I'm going to do to you if you don't give me what I want?

Sophie: Not much. I've been linked, so anything you do to me, you do to Hayley.

Rebekah: Who?

(Sophie gives her a significant look.)

Rebekah: Oh, right the mumzy. Well, luckily for you, Elijah seems to care about her, otherwise I'd break your neck right here. How did Marcel get so bloody powerful, anyway? He wasn't like this when I left a hundred years ago.

Sophie: Marcel has a way to tell whenever there's magic done in the Quarter. The 'how' isn't relevant.

Rebekah: I'll tell you what's not bloody relevant – a coven of witches who can't do magic. Here's an idea: move away.

Sophie: We practice ancestral magic. This cemetery is filled with the remains of our witch ancestors. Without access to them, we're powerless. If we run, we're leaving our legacy behind – our home, our family.

Rebekah: Well, family's overrated. Look at me. I'm back in a city that's given me nothing but heartache, looking for a brother who's hell-bent on protecting a baby I don't care about.

Sophie: I find that hard to believe. You're here, aren't you?

Rebekah: I'm here for Elijah. The instant I find him, I'm gone. He was the one who idiotically believed this baby would be Niklaus' redemption. And now he's missing, probably at the hands of Klaus himself. And you were foolish enough to believe that Elijah could convince Klaus to go against Marcel, when everyone knows that they have a history.

Sophie: Klaus sired Marcel. I'm aware.

Rebekah: You don't understand. Marcel is not just some guy that Klaus turned into a vampire. Klaus loved him like a son.

 

FLASHBACK – NEW ORLEANS, 1820

 

(A funeral procession, all dressed in black, follows behind a horse-drawn carriage.)

 

Rebekah: (voiceover) I was there the day that they met. We were burying Emil, the governor's only son... or so we thought.

(A man on a horse whips a young black boy, who screams in pain with each lash.)

Rebekah: (voiceover) Turns out the governor had another son, from a mother that he owned.

 

(Klaus steps out of the procession to turn and look at the boy. The boy, having fallen to his knees in pain, grabs an apple off the ground, turns and throws it at the man with the whip, a fierce look of hatred in his eyes. Infuriated, the man winds up for another lashing, but Klaus grabs something off the ground and hurls it with vampire strength at the man; it hits him in the forehead, and he falls off the horse, dead. Rebekah and Elijah watch as Klaus approaches the boy.)

 

Klaus: What is your name? Young

Marcel: Don't got one. Mama wouldn't name me till I turned ten, 'case the fever took me... then it took her.

(Klaus crouches down before the boy, getting on his level.)

Klaus: You're a survivor, and survivors need names. How about Marcellus?

Young Marcel: Marcellus?

Klaus: It comes from Mars, the god of war, and it means 'little warrior'.

(Klaus stands and holds out a hand to the boy, who hesitates, but then smiles, takes it and rises to his feet. Elijah and Rebekah have watched this entire exchange.)

Elijah: Perhaps there is hope for our brother, after all.

 

[PRESENT DAY – THE CEMETERY]

 

Rebekah: Klaus saw himself in the boy. He remembered how our father used to beat him. He, too, was the b*st*rd child of a man who saw him as nothing but a beast. And that is why your plan will fail. All you've done if bring back together two long-lost souls. Without Elijah between them, who knows what they'll do.

(Rebekah walks off, while Sophie absorbs what Rebekah has said.)

 

[In a bar]

 

(Marcel is sitting in a bar, drinking. Klaus enters.)

 

Klaus: Well, this is a far cry from last night's party.

(Klaus sees Cami sitting in the bar, writing.)

Klaus: Ah, in pursuit of the bartender from "Rousseau's", I see.

Marcel: She's a work in progress.

Klaus: And yet here you are, pining over her when you should be eating her for lunch. Oh, she must be special.

Marcel: Business first. The coroner called. He's got my number in case any dead tourists show up.

Klaus: Let me guess – dead tourists with a stamp on the hand and vampire blood in their veins?

Marcel: It happens. Someone takes a drunken tumble off a balcony, or into the Mississippi... And today I got two of them to deal with.

(Klaus rises when he hears that Cami is gathering her things and leaving.)

Klaus: Excuse me, love. What's that you're studying?

Cami: Abnormal psychology.

Klaus: Abnormal psychology, well. Perhaps you could help me diagnose my friend over here. He's been a little bit depressed, can't keep his mind off a girl. He tells me she's a queen, fit for a king. I think he should cut his losses and move on. What's your professional opinion?

Cami: (to Marcel) Be a nice guy, and maybe the opportunity will present itself some day.

Marcel: How about tonight, nine o'clock? I'll meet you right here?

Cami: I'll take it under consideration. (She leaves.)

Marcel: Mm, harsh. Klaus: I daresay I've lost my touch. Or you've lost yours.

(They smile at each other, sipping their drinks.)

 

[A voodoo shop]

 

(Hayley walks up to a shop front right when the shopkeeper appears to be leaving.)

 

Hayley: Hey, hey! Katie: We're closed, sorry.

Hayley: I just need one teeny, tiny little herb. Please?

Katie: Which herb?

Hayley: Crushed aconite flower.

Katie: Wolfsbane? That's a poison. You're gonna kill a wolf?

Hayley: Just a little one.

Katie: Give me a minute.

(Katie goes back into the shop. After a few seconds she comes back, holding a phial in her hand.)

Katie: Cut it with jimson weed. A few drops in some hot tea – that should do it.

(Hayley hands her some money.)

Hayley: Here.

(Katie refuses it.)

Katie: It's an ugly town for wolves. You're doing the right thing.

(Hayley walks away. Katie picks up her phone and calls someone.)

Katie: Hey, wanna gain points? Tell Marcel there's a werewolf in the Quarter.

 

[A garage]

 

(Marcel and Klaus are in a garage.)

 

Klaus: You take me to the nicest places.

(Thierry and Diego open the doors of a car. Two people, Tina and Josh, are lying in the car.)

Marcel: Welcome to the land of the newly dead. I won't waste your time. (to Thierry) I trust you filled them in?

Thierry: To be honest, not much in the way of potential here.

Marcel: Yeah, well, I just lost six night-walkers. I got holes to fill. I'll keep this quick. That itch you feel? That's the need to feed coming on strong, a hunger for human blood. Drink it – you're a vampire. Don't – you die. Again. This time for good. Right here in a body bag. (to Klaus) Hey, what do you think, cute dorky girl or gay best friend?

Klaus: Dealer's choice.

Marcel: Dealer's choice, okay.

(Marcel shows them a coin.)

Marcel: Whoever picks up this coin gets to live forever. The other one dies.

(He lays down the coin between them.)

Marcel: Go!

(Josh looks to the Tina. She grabs the coin. Marcel laughs.)

Marcel: Damn girl! I said, damn! Josh: How could you!?

Tina: Get over it, Josh. It's not like I had a choice. You would've done the same thing, but you're such a little –

(Marcel kills Tina by breaking her neck.)

Marcel: Let her die in cold storage. Got a thing about people who betray their own friends. C'mon. Let's go for a ride.

Thierry or Diego: Go!

(Rebekah watches from a balcony above as Klaus loads Josh into he car, and Marcel talks on his cell phone. She recalls a memory of Marcel and Klaus.)

[Flashback]

 

(Rebekah practices fencing with a young Marcel.)

 

Klaus: Attack au Fer! Now counter-parry. A hit! Palpable hit.

Marcel: I'm gonna marry you some day.

Rebekah: I would never marry someone who couldn't best me in a duel. Another lesson?

(The memory segues into a later memory; Marcel is a grown man now. They duel until Marcel backs Rebekah into a corner. They remove their fencing masks. Marcel is about to kiss Rebekah, when Klaus appears and they step back from each other.)

 

[New Orleans – Present day]

 

(Rebekah is standing on a balcony. Marcel finds her.)

 

Marcel: Rebekah Mikaelson. Come to teach me another lesson? Last time I saw you, Royal Street was burning and you all were fleeing from the city from your daddy.

Rebekah: I thought you were dead.

Marcel: You never looked back to find out. Why are you here?

Rebekah: Elijah. I think Klaus has done something to him.

Marcel: Stop. Stop right there. If there is one thing I learned about you Mikaelsons, it's don't get in the middle of family feuding. Doesn't end well.

 

[FLASHBACK – 1830s]

 

Marcel: There is nothing going on between us. I swear it, on my life.

Klaus: Your life means something to me. Give me the privilege of honesty or that will cease to be the case.

Marcel: I like her. And I think it's mutual, but I haven't done anything about it. I wouldn't, not – Klaus: And you won't. I love my sister, but she lacks fortune when it comes to men. They come and go for her, but I am the constant. She's my family.

Marcel: You said I was family. I have begged you to turn me into a vampire.

Klaus: And I told you, I will turn you when you're ready. You go near Rebekah again, and you never will be.

 

[PRESENT DAY]

 

Rebekah: Even after all you've achieved, you're still scared of him.

Marcel: I'm not scared of anyone.

Rebekah: If I find out you know where Elijah is, you needn't fear Klaus – I'll kill you myself.

Marcel: Nostalgia's a blast and all, but I can't help you. It was nice seeing you, though. Good luck finding what you're looking for.

(Marcel jumps off the balcony.)

 

[A BAR IN THE QUARTER]

(Marcel walks into a bar, his eyes searching the place until he spots Klaus sitting at the bar.

 

Klaus: I know that face – woman trouble.

Marcel: You're a dick, you know that? Why didn't you tell me your sister's back in town?

Klaus: Well, I thought it would be more amusing for you to find out for yourself.

Marcel: Is there anything else that I need to know?

Klaus: Only that she's grown considerably more insane in the last century.

Marcel: Or maybe that it was her who killed my guys?

Klaus: Doubtful. Unless that biker bar is frequented by small-town, high school quarterbacks, I can't imagine she'd be interested.

(Marcel's phone rings and he answers it. Klaus listens with his vampire hearing.)

Marcel: Yeah?

Caller: Just got a tip – someone saw a werewolf in Bienville Park.

Marcel: Get a couple night-walkers to run it down. Bring me back its head. (He hangs up.)

Klaus: Well, I guess that solves the mystery of the murdered riffraff. At least my sister's in the clear.

Marcel: About that. I don't have time for Mikaelson family drama. You're my guest – keep your sister in line.

(Klaus responds, his voice rising as Marcel leaves.)

Klaus: I'd have a greater chance of draining the Mississippi with a straw!

 

[BIENVILLE PARK]

 

(Hayley sits on a bench, dripping the poison into a cup.)

Hayley: (to herself) Come on, Hayley. One upset stomach and all this stupid drama is ancient history.

(She lifts the cup toward her face, closes her eyes, then opens them and lowers the cup again without drinking it. She sighs, then hears a branch snap nearby. She stands up, looking around, then turns to find a vampire right in front of her.)

Vampire: Dumb move, coming into the Quarter. You're coming with me, wolf.

Hayley: I have had it up to here with vampires telling me what to do.

(She throws the cup's contents into his face, and he roars in pain. She spins around, only to be faced with two more vampires. Suddenly Rebekah shows up, snaps the neck of one vampire and rips the heart out of the back of the other.)

Rebekah: (to the dead vampires) Now, that is no way to treat a pregnant lady. I do hate bad manners.

(She throws the heart on the ground. Hayley gapes at her, still in shock.)

 

[MIKAELSON MANSION]

 

(Klaus throws a final body onto a small pile in the front courtyard while he berates Rebekah and Hayley for their behavior.)

 

Klaus: This is why I told you never to leave the house. Werewolves are banned in the Quarter. I had a plan, and your little nighttime stroll put it all in peril! Leave him!

(Rebekah had started walking toward the pile of bodies – one of them was still alive – but at Klaus' last command, she stops.)

Klaus: You've done enough, don't you think? Leaving a trail of bodies like a road map to my door?

Rebekah: If I hadn't overheard this lot bragging about werewolf heads, everyone here would be screwed. And don't give me that crap about having a plan. You've had all the time in the world to execute a plan, and no one's seen you do a damn thing! Elijah made a deal to protect your child, so that it could save you from your selfish, rotten self. But you obviously don't give a damn about the child or Elijah, because what have you done to honor it?

Klaus: I have done everything. Let me spell it out for you, shall I? From the day I arrived, Marcel hasn't trusted me. From Day One, he's had his vampires ingest toxic vervain which, as you know, little sister, protects them from my mind control.

(While Klaus explains what he's been doing, the scene cuts to a flashback of Klaus in a bar, where the humans Tina and Josh sit with their hands stamped with the monogrammed 'M'. Klaus snaps their necks.)

Klaus: (voiceover) I needed a spy, someone on the inside with me who Marcel would never suspect. So, I created a Day Zero and got there first. Marcel had just lost six vampires, thanks to your little murder spree, and he needed new recruits. So, I made the new one mine, before he'd had even a drop of vervain.

(In another brief flashback, Klaus gets into the car with Josh, the new vampire, while Marcel talks outside on his phone. Klaus compels Josh.)

Klaus: (to Josh) Now, let's have a little chat about what you can do for me. (present day, to Rebekah) But we all know the real way to a man is through his heart, so...

 

[FLASHBACK]

 

(In another brief flashback, Klaus talks to Cami at a bar.)

 

Klaus: So, my mate, Marcel. Nice bloke, don't you think?

Cami: No. He's charming, sexy, confident, incredibly hot. But let's be honest – he's a bad boy, right? Like you. And right now, I only need good in my life, not someone who's –

Klaus: Tragically wounded and damaged by demons he can't escape.

Cami: The – damaged ones. They're not good. At least, not for me.

(She moves to leave, but Klaus rises and takes her hand.)

Klaus: I understand, I do. However – (compelling her) – give him one chance, then I need you to tell me where he goes, and who he sees.

 

[PRESENT DAY]

 

(Klaus grabs the vampire that's still alive from the pile.)

 

Klaus: And this one – I'm gonna drain him of vervain, compel him to believe his mates found religion and moved to Utah, so that he can explain to Marcel why he lost three more vampires tonight.

(He drags the vampire into the house; Rebekah and Hayley follow him inside.)

Klaus: Does anyone have any more questions? No? Good, because I have a question. Hayley, what were you doing in the bloody French Quarter in the first place? Answer me!

Rebekah: Leave her be.

Hayley: You wanna know what I was doing? I was buying poison, so I could put your little baby out of its misery.

(Klaus runs at her with vampire speed and pins her to the door by the neck. She gasps for air.)

Rebekah: Nik! NIK!

(Rebekah runs at Klaus with vampire speed, pushes him off of Hayley and grabs him by the shoulders. Hayley coughs and splutters, massaging her throat.)

Rebekah: Keep your hands off her! She is pregnant, for God's sake! All of this bluster about not wanting the child, and then the second she tells you she's ready to get rid of it? It's okay to care. It's okay to want something. That's all Elijah was trying to do, all he's ever wanted for you. All we've ever wanted.

(Klaus, calmed down but reeling from being confronted with his feelings, sits down on the stairs. Rebekah sits beside him.)

Klaus: I gave Elijah to Marcel.

Rebekah: What?

Klaus: Marcel was nervous. It's bad enough one Original returned to town, but two? His crew was getting antsy. He wanted Elijah gone, so... I gave him a peace offering.

Rebekah: You bartered our brother?

Klaus: I have a plan. Gain Marcel's trust, dismantle his empire, honor Elijah's wish that that baby be born. I am executing that plan the only way I know how. If you don't like it, there's the door. See if I care.

(Klaus rises and leaves the room. Rebekah leans back, her work cut out for her.)

 

(Later, Rebekah is sitting on the back porch of the house when Hayley comes out and joins her.)

Hayley: I know you don't know me very well... but thanks. I appreciate what you did in there.

Rebekah: Us girls have got to look out for each other.

Hayley: What is it with you two? You say you hate him, but the way you deal with him, it's so clear. Even when you hate him, you still love him.

Rebekah: I guess when you spend a thousand years with someone, deciding to quit them is like losing a part of yourself. But sometimes the hate is just... so powerful. Emil wasn't the only boyfriend of mine that Klaus killed. He did it again, and again, and every time I found someone to care about. He just kept doing it until, finally, I stopped falling in love. He said he was protecting me from my mistakes, that no one was ever good enough for his little sister. Until one day, someone was.

 

[FLASHBACK – 1830s]

 

(Marcel approaches Rebekah in the courtyard where they practice fencing.)

 

Rebekah: How was the river?

Marcel: It was cool... sweet.

(Rebekah, slightly nervous, rises.)

Rebekah: I should go inside –

(Marcel blocks her way and moves her so her back is against the wall. Marcel kisses her passionately, and Rebekah seems to enjoy it, but after a moment she pushes him away.)

Rebekah: My brother will kill you.

Marcel: Then I'll die smiling.

(He kisses her again, but suddenly Klaus pulls Marcel off her, shoves him against a wall and shouts at him, fencing sword in hand.)

Klaus: Did I not warn you?

Rebekah: Klaus, I beg of you! He is not like any other. You saw it in him from the very first day. You saved him, protected him... you raised him. You cannot kill him.

(Rebekah lays a hand on Klaus' sword arm, which drops slowly. Marcel sighs in relief as the sword clatters on the ground.)

Klaus: You are right. I cannot.

(Suddenly, Klaus daggers Rebekah in the heart.)

Klaus: But you, dear sister, need a lesson in what you can and cannot take from me. (Marcel watches, horrified, as Rebekah weakens in Klaus' arms.)

 

[PRESENT DAY]

 

Hayley: If you know Marcel has Elijah, why don't you just get him back yourself?

Rebekah: Because, if I cross my brother, there's still a coffin downstairs with my name on it.

(Hayley eyes Rebekah for a moment, then reaches down and retrieves something wrapped in cloth. She unfolds it and reveals the two silver daggers.)

Rebekah: Oh, my god. Hayley: I found them under your coffin. So, if a couple of antique steak knives were the only things stopping you from getting Elijah back, then here you go.

(Hayley offers the daggers to Rebekah, who takes them in slight awe. Finally, she smiles, and Hayley smiles back.)

 

[A BAR IN THE FRENCH QUARTER]

 

(Marcel brings a bottle of wine to a table and sits with Cami.)

Marcel: I sent everyone home for the night. I am your humble host.

Cami: Oh... okay. Extra points for flair. Marcel: And the night's just started. What made you decide to come?

Cami: Everyone deserves a chance.

(Suddenly the doors of the restaurant swing wide open and Rebekah bursts inside.)

Rebekah: You lied to me. Where's my brother?

Marcel: Hello to you, too. Cami, Rebekah – Rebekah, Cami.

Rebekah: I see you still have a thing for blondes.

Cami: Hey–

(Rebekah grabs Marcel by the neck and vampire speeds him across the room, slamming him against the wall.)

Rebekah: Tell me where Elijah is.

Cami: What the hell is going on?

Rebekah: Tell me where he is or I will kill you!

(Marcel merely looks at Rebekah; there is a brief flash of the time they had passionately kissed, as though Marcel has sent the memory to her deliberately.)

Marcel: No, you won't.

(Slowly, Rebekah backs off, releasing him.)

Rebekah: Perhaps you're right.

(After a moment's silence, Rebekah vamp-speeds over to Cami and pins her by the throat against the wall.)

Rebekah: But I will kill her.

Marcel: Let her go. You won. I'll take you to see Elijah.

(Rebekah waits another moment, then releases Cami, who gasps for air.)

Cami: What the hell are you people?

(Marcel gently takes her by the shoulders.)

Marcel: Shh, it's okay. (compelling her) Go home, forget all this, and just know that I will make it up to you. I promise. (to Rebekah) You wanna see Elijah? Fine. Follow me.

(Rebekah follows him out of the restaurant, leaving Cami alone.)

 

[DAVINA'S ATTIC ROOM]

 

(Marcel opens the door to an attic and enters, Rebekah following behind him. She sees Elijah's coffin, and moves to enter the room but cannot – she is magically barred entry.)

 

Rebekah: Invite me in.

Marcel: Gotta ask the lady of the house. Davina, come on out, sweetheart.

(Davina enters the room and stands at Marcel's side.)

Marcel: Invite her in. Davina: Come in.

(Rebekah enters, strides over to Elijah's coffin and opens it to find her brother inside. She grabs the dagger and starts to pull it out.)

Davina: I wouldn't do that.

(Rebekah, magically compelled, shoves the dagger back in.)

Rebekah: Who the hell are you? Davina: Davina. (to Marcel) She's an old one, isn't she?

Marcel: Yeah. Rebekah is an Original, which means she can't be killed.

Davina: She doesn't seem very nice.

Marcel: She can be... but she hasn't been very nice to me tonight. Davina: (to Rebekah) Then I'm afraid it's time for you to leave.

(Without moving a muscle, Davina magically propels Rebekah across the room, slamming her against walls several times before sending her through a door, which shuts behind her.)

 

[FLASHBACK – NEW ORLEANS, 1887]

 

(Rebekah awakens, her hair styled in the 1830s fashion, and sits up in bed. Klaus sits nearby, twirling the silver dagger with its point balanced on a table.)

 

Klaus: Well, it's about time. I was bored waiting... but I did so want to see your face, and it is, indeed, priceless.

Rebekah: You b*st*rd. What day is it?

Klaus: Sunday.

Rebekah: I have been daggered for a whole week? Marcel – what have you done to him?

Klaus: It's 1887, Rebekah. You've been daggered for 52 years.

Rebekah: What?

Klaus: And don't worry about Marcel. I presented him with a choice: he could choose to undagger you and live out the rest of his human days with you, or–

Rebekah: No.

Klaus: –I could turn him instead, as he's always wanted, in exchange for giving you up.

Rebekah: No. He wouldn't do that to me.

Klaus: Oh, but he did.

(Marcel enters the room bearing a candle. He looks at Rebekah, expressionless, and Rebekah squints her eyes shut, devastated.)

 

[NEW ORLEANS, PRESENT DAY]

 

(In present day, Rebekah awakens on the same bed as she did in 1887, Marcel standing at the end of it.)

 

Marcel: Welcome back, Rebekah. You were out for quite a while.

Rebekah: Where am I? How'd I get here?

Marcel: You upset Davina. I'm glad you two finally got to meet. Now you know what you're dealing with.

Rebekah: Is this my old room?

Marcel: Oh, it's mine now. Just like this town is mine, Davina's mine, and Elijah is mine until I feel like giving him back. What was once yours, what was once your brother's – it's now mine.

(He turns and walks toward the door, turning back to Rebekah to say one last thing.)

Marcel: And don't ever touch Cami again.

 

[MIKAELSON MANSION]

 

(It's morning; Klaus enters Hayley's room while she's still sleeping. He watches her for a moment, then reaches into her bag, withdrawing from it the vial of wolfsbane. He opens it and lifts it to his nose to smell, when Hayley speaks.)

 

Hayley: I didn't use it.

Klaus: You're awake.

Hayley: I could barely sleep all night. This house is like a freaking swamp sauna.

(She sits up in bed while Klaus stares out the window.)

Klaus: What stopped you? You could have been free of all of this... of me.

Hayley: Yeah, well... when I was fighting off those vampires, I – I realized I wasn't just protecting myself. Maybe it has to do with the fact that my birth parents gave me up, and my adopted parents kicked me out. All I know is push came to shove, and... I realized I wouldn't let anyone hurt it.

Klaus: I'm beginning to think we're a lot alike, you and I. We're both castoffs who have learned to fight when we're backed into a corner.

Hayley: Well, we're backed into a corner now.

Klaus: Ah, that we are. It's time to fight... little wolf.

(After gently placing a hand on Hayley's shoulder, Klaus backs away and moves to leave.)

Hayley: This whole thing with Marcel – the deal you have with the witches, trying to take him down, take what's his – Rebekah told me that you two once loved each other like family. What happened?

Klaus: I made Marcel everything that he is. I treated him like a son. And when my father chased me and my family from New Orleans a hundred years ago, we believed Marcel was killed – we each mourned him, in our own way. Yet, when I returned, I found not only had he survived, he had thrived. Instead of seeking us out, instead of sticking together as one, he made a choice to take everything my family had built and make it his own. Now, he is living in our home, he is sleeping in our beds. That 'M' he stamps everywhere... it's not for 'Marcel'. It's for 'Mikaelson'. I want it all back, and if I have to push him out to get it, then that's exactly what I'll do. I'll have someone see to the air conditioning.

 

(Klaus leaves Hayley's room and hurries down the stairs, only to meet Rebekah as she enters the front door.)

 

Rebekah: You were right. The girl, Cami – she's the key. Marcel likes her, and because of that I got to see the secret weapon of his that you've been going on about.

Klaus: Well, don't stand on ceremony. What is it?

Rebekah: It's not a 'what', it's a 'who'. A girl, Davina. She can't be more than sixteen, and I have never felt power like that.

Klaus: A witch.

Rebekah: She's not just any witch, she's something I've never seen before, something beyond powerful, and now because of you she has Elijah. Who knows what she could do to him. Klaus: Where is she?

(Rebekah stops to think, then looks confounded.)

Rebekah: That clever bitch. I don't know.

Klaus: What's wrong?

Rebekah: She wiped my memory of the location. Marcel possesses a weapon bigger and more powerful than an Original, and you handed our brother to him! How many times will Elijah forgive you? How long until his hope for your redemption finally dies?

Klaus: I did what I had to do! Marcel took our home!

Rebekah: And our home is worthless without family. I am finding Elijah – whatever it takes. Are you going to help me? Klaus: Whatever it takes.

 

[DAVINA'S ATTIC ROOM]

 

(Marcel enters the attic; Davina is drawing at an easel. She turns when Marcel draws near.)

 

Marcel: I'm sorry about that unpleasantness.

Davina: She doesn't scare me. None of them do.

Marcel: I didn't think they would, honey. But, the thing is, it seems like they're here to stay.

Davina: They don't belong here.

Marcel: Might be kinda tough to convince them of that... which is why I need to ask you for a favor. I'm gonna need you to figure out how we kill an Original.

 

(END CREDITS)

Kikavu ?

Au total, 89 membres ont visionné cet épisode ! Ci-dessous les derniers à l'avoir vu...

OJareau 
19.08.2018 vers 00h

Kln16 
16.08.2018 vers 14h

Luciole59 
02.05.2018 vers 18h

stella 
01.04.2018 vers 10h

vampire141 
10.02.2018 vers 21h

jujume80 
22.01.2018 vers 14h

Vu sur BetaSeries

Derniers commentaires

Avant de poster un commentaire, clique ici pour t'identifier.

Sois le premier à poster un commentaire sur cet épisode !

Contributeurs

Merci aux 3 rédacteurs qui ont contribué à la rédaction de cette fiche épisode

Ne manque pas...

Un coffret DVD de la saison 1 de The Hollow Crown à gagner avec L'Atelier d'Images et Hypnoweb !
Tirage au sort le 28/09 | Participation gratuite

Participe à notre concours de design en créant un calendrier de l'Avent sur le thème des séries TV !
Participez ! | Date limite : 13/10

Activité récente
Dernières audiences
Logo de la chaîne The CW

The Originals, S05E13 (inédit)
Mercredi 1 août à 21:00
0.86m / 0.3% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

The Originals, S05E12 (inédit)
Mercredi 25 juillet à 21:00
0.85m / 0.3% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

The Originals, S05E11 (inédit)
Mercredi 18 juillet à 21:00
0.68m / 0.2% (18-49)

Logo de la chaîne The CW

The Originals, S05E10 (inédit)
Mercredi 11 juillet à 21:00
0.77m / 0.3% (18-49)

Toutes les audiences

Actualités
People's Choice Awards 2018 : The Originals nominé !

People's Choice Awards 2018 : The Originals nominé !
C'est officiel ! Les nominations des People's Choice Awards 2018 ont été dévoilées le 5 septembre...

Legacies | Les premières photos promotionnelles dévoilées !

Legacies | Les premières photos promotionnelles dévoilées !
Entertainment Weekly, vient de dévoiler une vague de belles photos promotionnelles officielles des...

Nouvelle séance de Phot'Originals !

Nouvelle séance de Phot'Originals !
Après un mois à départager la meilleure photo BTS de la saison 1, vous avez choisi la photo de...

Calendrier de septembre !

Calendrier de septembre !
Voici le nouveau calendrier !  Ce mois-ci c'est la belle Camille O'Connell qui a été mise en avant...

Legacies | Peyton Alex Smith rejoint le casting

Legacies | Peyton Alex Smith rejoint le casting
Peyton Alex Smith, connu pour son rôle dans la série The Quad,  a été casté regulier pour la saison...

Newsletter

Les nouveautés des séries et de notre site une fois par mois dans ta boîte mail ?

Inscris-toi maintenant

Sondage
Téléchargement
Partenaires premium
HypnoRooms

choup37, Aujourd'hui à 01:36

On connait le jour ET l'heure de diffusion de la saison 11 de Doctor Who sur Fr4! Toutes les infos sur le quartier

arween, Aujourd'hui à 13:50

Lethal Weapon a fêté ses 1 an hier et pour l'occasion, nous vous proposons une animation !

arween, Aujourd'hui à 13:51

Allez aider Riggs & Murtaugh a résoudre une enquête

arween, Aujourd'hui à 13:51

Inscription et renseignement sur le quartier Lethal Weapon ;-)

choup37, Aujourd'hui à 17:18

Nouveau trailer officiel pour la saison 11 de Doctor Who! Toutes les informations sur le quartier!

Viens chatter !

Change tes préférences pour afficher la barre HypnoChat sur les pages du site